Un exemple à suivre, les premiers résistants assassinés étaient picards!

Publié le par Réveil-picard

 

 

 

 

Tableau commémoratif situé dans la salle du conseil de l'Hotel de Ville

Premières condamnations à mort prononcées par le tribunal militaire de la "Feldkommandantur d'Amiens le 22/10/1940 ont été celles de Deux marins de St Valéry S/Somme âgés de 18 et 21 ans, accusés du sabotage de lignes téléphoniques reliant les états-majors ennemis
BRUSQUE Lucien et MASSON Emile

 marins à St Valéry S/Somme (80)
fusillés le 12/11/1940 dans les fossés de la citadelle d'Amiens - sur la plaque commémorative de l'église

Ces images poignantes ont fait le tour de la terre. L'un des documents les plus accablants de la guerre.
Les premières condamnations à mort prononcées par le tribunal militairede la "Feldkommandantur d'Amiens, le 22 octobre 1940 ont été celles de deux marins de St Valéry S/Somme de 18 et 21 ans, accusés du sabotage de lignes téléphoniques reliant les états-majors ennemis.Emile Masson et Lucien Brusque ont été passés par les armes le 12 novembre 1940 à 10 heures dans les fossés de la citadelle d'Amiens.
Ces photos ont été prises par un témoin allemand qui assistait aux exécutions, on ne sait à quel titre, peut-être pour satisfaire une odieuse curiosité.
Cet Allemand donna son rouleau de pellicules à développer à M.Pierre Caron, photographe à Amiens. Avant de rendre les fims à son propriétaire, M.Caron en fit des doubles. Il confia ensuite ces doubles à trois membres de la résistance française, qui réussirent à les faire parvenir en Angleterre, aux États-Unis et en Suède, comme témoignage de la cruauté de la répression nazie envers les Français, mais ils furent dénoncés et traduits devant le tribunal militaire de la rue Boissy-d'Anglas à Paris pour colportage de documents anti-Allemand.peu s'en fallut qu'ils ne soient excécutés à leur tour.
Cette double excécution est la première d'une longue série. Suivant les chiffres officiels 93 Picards ont été fusillés par les Allemands.
source: la Somme dans la guerre - Jacques Béal

Commenter cet article