17 ans toute la vie

Publié le par Réveil-picard

 

 

 

Combien sont-ils ? Mille, deux mille, peut être davantage… Ils ont entre 16 et 25 ans,  accompagnés de quelques « anciens » noyés dans cette marée de jeunesse…

Des milliers de cœurs, une seule bannière… celle qui unit en un même lumineux symbole la fierté patriotique, l’aspiration à la justice sociale et la poésie futuriste !

La foule est compacte, bruyante, sûre d’elle, de sa cohésion, de sa force. Les chants et les slogans s’élèvent de la chaleur vibrante non pas du troupeau comme diraient les cyniques mais de la communauté.

En face, les éternelles gueules de raies de la contestation officielle et subventionnée, les intermiteux du spectacle révolutionnaire, bien crasseux, bien drogués, bien piercés, bien dreadlockés… On ne change pas une esthétique qui perd.

Maintenus à distance par un cordon de policiers, il pourront ainsi affirmer, sur leurs farouches cyber-forums, que la maréchaussée complice des fascistes les as empêchés d’attaquer et de disperser vaillamment les hordes de la haine, bien qu’ils aient du mal, passés dix heures du matin,  à se tenir debout plus de vingt minutes et que leur dernier exploit « guerrier » consista à se mettre à plus de cent pour lyncher à coups de barres de fer, de chaînes et de manches de pioches une poignée d’étudiants désarmés effectuant un collage.

D’un seul coup d’œil, l’observateur le moins engagé peut constater- même si cela lui déplaît ou même l’horrifie- de quel côté se situent la ferveur, la passion, l’amour et l’espoir !

Bien sûr beaucoup de ces jeunes âmes exaltées renonceront, seront rattrapées par la lèpre de l’esprit bourgeois, deviendront notaires ou publicitaires, troqueront le cuir contre le costume cravate et seront lentement digérés par le système, comme tant de leurs aînés. Mais une poignée maintiendra la flamme. Quelques dizaines de ces jeunes gens ne renieront jamais les idéaux qui valent tellement plus que le confort aseptisé et veule qu’on leur présente comme but ultime de l’existence, ils continueront à croire que c’est l’engament au service des autres et de la cité qui donne sa dignité à l’homme et traverseront la vie, malgré ses difficultés et ses aléas, avec le même visage ferme, souriant et décidé qu’aujourd’hui… Ceux là auront 17 ans toute leur vie !

Lu sur le net.

Commenter cet article